Traitement didactique de l’athlétisme

Traitement didactique de l’athlétisme

 1. COMPETENCES GENERALES
 Développer sa motricité et apprendre à s’exprimer en utilisant son corps.
 S’approprier par la pratique physique et sportive, des méthodes et des outils.
 Partager des règles, assumer des rôles et des responsabilités.
 Apprendre à entretenir sa santé par une activité physique régulière.
 S’approprier une culture physique, sportive et artistique.
 2. CHAMPS D’APPRENTISSAGE
Cycle 2 : Produire une performance optimale, mesurable à une échéance donnée
Activités athlétiques aménagées : courir vite, en franchissant des obstacles, longtemps, sauter loin, lancer loin.
Cycle 3 : Produire une performance optimale, mesurable à une échéance donnée
– Activités athlétiques : courses de vitesse, de haies, de relais, en durée, sauts en longueur, en hauteur, lancer.
   3. SOCLE COMMUN DE CONNAISSANCES, DE COMPETENCES ET DE CULTURE
 Domaine 1 : les langages pour penser et communiquer
 Objectif 1 : comprendre, s’exprimer en utilisant la langue française à l’oral et à l’écrit.
 L’élève parle, communique, argumente à l’oral de façon claire et organisée ; il écoute et prend en compte ses interlocuteurs.
 Objectif 2 : comprendre, s’exprimer en utilisant une langue étrangère et, le cas échéant, une langue régionale.
 L’élève possède aussi des connaissances sur le contexte culturel propre à cette langue.
 Objectif 3 : comprendre, s’exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques.
 L’élève lit, interprète, commente, produit des tableaux, des graphiques et des diagrammes organisant des données de natures diverses.
 Il sait que des langages informatiques sont utilisés pour programmer des outils numériques et réaliser des traitements automatiques de données.
 Objectif 4 : comprendre, s’exprimer en utilisant les langages des arts et du corps.
 L’élève s’exprime par des activités, physiques, sportives ou artistiques, impliquant le corps. Il apprend ainsi le contrôle et la maîtrise de soi.
 Domaine 2 : les méthodes et outils pour apprendre
 L’élève travaille en équipe, partage des tâches, s’engage dans un dialogue constructif, accepte la contradiction tout en défendant son point de vue, fait preuve de diplomatie, négocie et recherche un consensus.
 Il apprend à gérer un projet, qu’il soit individuel ou collectif. Il en planifie les tâches, en fixe les étapes et évalue l’atteinte des objectifs.
 Domaine 3 : la formation de la personne et du citoyen
 L’élève exploite ses facultés intellectuelles et physiques en ayant confiance en sa capacité à réussir et à progresser.
 Apprenant à mettre à distance préjugés et stéréotypes, il est capable d’apprécier les personnes qui sont différentes de lui et de vivre avec elles. Il est capable aussi de faire preuve d’empathie et de bienveillance.
 L’élève comprend et respecte les règles communes, notamment les règles de civilité.
 Il fonde et défend ses jugements en s’appuyant sur sa réflexion et sur sa maîtrise de l’argumentation.
 L’élève vérifie la validité d’une information et distingue ce qui est objectif et ce qui est subjectif. Il apprend à justifier ses choix et à confronter ses propres jugements avec ceux des autres. Il sait remettre en cause ses jugements initiaux après un débat argumenté.
 L’élève coopère et fait preuve de responsabilité vis-à-vis d’autrui. Il respecte les engagements pris envers lui-même et envers les autres, il comprend l’importance du respect des contrats dans la vie civile.
 L’élève sait prendre des initiatives, entreprendre et mettre en oeuvre des projets, après avoir évalué les conséquences de son action.
 Domaine 4 : les systèmes naturels et les systèmes techniques
 L’élève interprète des résultats statistiques et les représente graphiquement.
 Il connaît l’importance d’un comportement responsable vis-à-vis de l’environnement et de la santé et comprend ses responsabilités individuelle et collective.
 Il sait que la santé repose notamment sur des fonctions biologiques coordonnées, susceptibles d’être perturbées par des facteurs physiques, chimiques, biologiques et sociaux de l’environnement et que certains de ces facteurs de risques dépendent de conduites sociales et de choix personnels.
 Il est conscient des enjeux de bien-être et de santé des pratiques alimentaires et physiques.
 Domaine 5 : les représentations du monde et l’activité humaine
 L’élève connaît les contraintes et les libertés qui s’exercent dans le cadre des activités physiques et sportives.
 Il sait en tirer parti et gère son activité physique et sa production pour les améliorer, progresser et se perfectionner.
 Il cherche et utilise des techniques pertinentes, il construit des stratégies pour réaliser une performance sportive.

4. ACTIVITE SUPPORT : ATHLETISME – pratique sociale de référence
4.1 DEFINITIONS
« L’athlétisme est une activité codifiée, individuelle, qui se déroule dans un milieu stable. Elle consiste à se déplacer en diminuant le temps et à projeter son corps ou un engin en augmentant l’’espace. C’’est une activité de performance. »
Patrick Seners
« Produire, entretenir et restituer de façon optimale une énergie pour projeter son corps le plus vite possible dans un espace normé ».
En d’autres termes, il s’agit de passer d’une course (ou course d’élan) individuelle explosive dans toutes les directions à une course orientée et normée dans un espace personnel non inter pénétré construite collectivement pour faire ensemble ou s’opposer.
4.2 ENJEUX DE L’ACTIVITE
L’activité s’appuyant sur la motricité de base : courir, sauter, lancer. Cette activité est donc accessible à tous les enfants de l’école.
L’athlétisme fait appel à des ressources telles que la volonté, le sens de l’’effort et de la persévérance.
Les ressources bioénergétiques et biomécaniques sont également sollicitées.
Courir vite : se déplacer le plus vite possible d’un point A à un point B.
Courir vite avec obstacles : se déplacer le plus vite possible d’un point A à un point B en franchissant des obstacles.
Courir vite en relais : faire parcourir au témoin une distance le plus vite possible en s’organisant à plusieurs.
Courir longtemps : Courir la plus grande distance en un minimum de temps. Pour cela le corps produit de l’énergie et l’utilise pour courir le plus vite possible sur une longue distance.
Il s’agit de passer d’une course inadaptée, irrégulière et/ou discontinue à une course optimisée en fonction de son projet de course (battre son record, réaliser un contrat de temps de course ou de distance, gagner la course).
Sauter loin/ haut : sauter c’est transformer et utiliser de l’énergie pour bondir, rebondir pour s’envoler vers le haut, loin vers l’avant, sans engin ou avec engin (perche, corde …).
Lancer loin, précis (différents objets) : « Produire, entretenir, restituer et utiliser de façon optimale une vitesse pour la transmettre à un engin et l’envoyer le plus loin possible dans un espace normé. »
En d’autres termes, c’est le corps qui produit la vitesse et qui la transmet à l’engin : il s’agit de passer d’un lancer exécuté avec le bras à un lancer qui mobilise l’ensemble du corps.
Le projet de performance est référé à des outils de mesure.
Cela suppose l’adaptation aux ressources motrices de l’élève :
En maternelle
Exploration et développement d’un premier répertoire moteur dans des environnements variés
Au cycle 2
Enchaînement d’actions simples visant la continuité des trajets moteurs
Création d’énergie par la recherche et l’utilisation de mise en tension musculaire (ex : gainage, extension,…)
Au cycle 3
Alignement des différents segments pour une utilisation optimale de l’énergie créée
Pour aller vers…
Gainage des différentes charnières (bassin et ligne d’épaules) Création et dosage de l’énergie produite
Synchronisation des actions motrices
Les transformations attendues…
En général
D’une activité motrice spontanée
La construction d’un projet athlétique
D’une motricité désordonnée
Une motricité équilibrée et coordonnée
Ayant pour aboutissement un athlétisme culturel

4.3 CONTENUS D’ENSEIGNEMENT
– Connaissances (savoirs) : informations que doit s’approprier l’élève sur l’activité physique concernée ainsi que sur sa propre activité et celle d’autrui. Ce sont principalement des règles, principes et repères.
– Capacités (savoir-faire) : mise en oeuvre des connaissances, activité de l’élève, mobilisation des ressources pour agir. Ce sont principalement des habiletés motrices, techniques et savoir-faire.
– Attitudes (savoir-être) : engagement et comportements que l’élève doit avoir dans ses relations à lui-même, aux autres et à l’environnement. Elles sont sous-tendues par des valeurs qu’il convient d’acquérir et d’installer.
Contenus d’enseignement généraux Connaissances Capacités Attitudes Cycle 2 -Connaître le vocabulaire spécifique. -Connaître son corps et les effets de l’action sur celui-ci. -Connaître la mise en place des situations et l’organisation des parcours et de ses différentes zones pour une pratique efficace et sécurisée. -Connaître ses performances réalisées précédemment. -Connaître tous les rôles nécessaires au fonctionnement de l’activité. -Participer à la mise en oeuvre de l’activité (installation et rangement). -Assurer tous les rôles. -Etre attentif et persévérant. -Se concentrer avant la mise en action et pendant l’action. -Accepter les observations des pairs. -Répondre au respect des règles de sécurité. -Prendre des initiatives pour réguler l’activité. Cycle 3 -Connaître le vocabulaire spécifique. -Connaître son niveau de pratique (afin d’établir un projet de performance, et d’évaluer les progrès accomplis). -Connaître les observables. -Connaître les critères de réussite. -Connaître les instruments de mesure et les unités usuelles (longueur, durée). -Coordonner ses actions. -Gérer ses efforts. -Observer. -Utiliser les instruments de mesure. -Etre attentif. -Persévérer dans ses tentatives. -Se concentrer sur l’enchaînement des actions. -S’engager de manière sécurisée dans une action visant la performance. -Analyser ses actions (observables). -Prendre conscience de sa performance au regard des critères de réussite et des observations des pairs pour progresser. -Intégrer les contraintes liées à l’activité. -Respecter les règles. -S’enrichir des actions des autres (échanges). -Vivre différents rôles nécessaires au fonctionnement de l’activité et les assurer de manière responsable. -Répondre aux règles de sécurité.
Courir vite/Courses de vitesse Connaissances Capacités Attitudes Cycle 2 -Vocabulaire spécifique : ligne de départ, couloir, ligne d’arrivée. -Rôles nécessaires au fonctionnement de l’activité : observateur, coureur. -Réagir à différents types de signaux (visuels, sonores, etc.). -Varier les postures de départ (assis, debout, etc.). -Courir en ligne droite (orienter le regard vers une cible). -Courir le plus vite possible en coordonnant l’action des bras et des jambes. -Varier le rythme de course. -Finir sa course en maintenant sa vitesse jusqu’au signal de fin. -Règles de sécurité : respect des couloirs. – Communiquer des résultats Cycle 3 -Vocabulaire spécifique : starter, amplitude (courir «grand»), rythme. -Critères de réussite : mise en action / maintien de la vitesse maximale / arrivée). -Instruments de mesure : chronomètre, mètre-ruban ; unités usuelles : longueur, durée. -Départ : adopter une position de départ active pour une mise en action rapide. -Course : optimiser le rythme (rapport amplitude et fréquence) pour courir vite. -Arrivée : conserver sa vitesse maximale jusqu’au passage de la ligne d’arrivée. -Observer : mise en action, course, arrivée. -Etre attentif aux ordres du starter. -Persévérer dans ses tentatives. -Se concentrer sur l’enchaînement des actions (avant la mise en action, départ, maintien de la vitesse maximale et franchissement de la ligne d’arrivée). -Apprécier la qualité de sa course et celle de l’autre (analyser les observables).
Courir en franchissant des obstacles/Courses de haies Connaissances Capacités Attitudes Cycle 2 -Vocabulaire spécifique : départ, obstacles, couloir, ligne d’arrivée ; appuis, foulée, pied d’appel. -S’adapter à des obstacles variés, jouant sur l’horizontalité (latte, rivière, tapis) et la verticalité (latte, plot, haie). -Adapter sa course en fonction des intervalles. -Franchir avec une impulsion sur n’importe quel pied et une réception sur un pied. -Conserver son équilibre et sa vitesse. -Utiliser les repères visuels pour mieux réussir. -Etre attentif aux signaux. Cycle 3 -Vocabulaire spécifique : starter, rythme, haie, jambe d’impulsion, intervalle. -Choisir son parcours d’obstacles. -Gérer sa vitesse. -Départ : signal). arriver le plus vite possible sur le premier obstacle. -Course : . -obstacles en construisant un rythme de course rapide et régulier. -Franchissement : avant l’obstacle et reprise active de l’appui derrière l’obstacle. . -Arrivée : passage de la ligne d’arrivée. -Observer : mise en action, course, franchissement, arrivée. -Chronométrer. -Mesurer, tracer, dessiner, reporter des résultats. -Se concentrer sur l’enchaînement des actions (avant la mise en action, le départ, maintien de la vitesse maximale malgré les obstacles et franchissement de la ligne d’arrivée). -Règles de sécurité : respect des couloirs, du sens de franchissement de la haie.

Courses de relais Connaissances Capacités Attitudes Cycle 2 -Vocabulaire spécifique : donner, recevoir. -Rôles nécessaires au fonctionnement de l’activité : porteur, receveur, observateur. -Elève porteur : ourir vite avec l’objet. ciliter la prise de l’objet par le receveur. donner l’objet. prendre des repères visuels sur le partenaire. -Elève receveur : adopter la meilleure posture pour recevoir l’objet. s’adapter à la course du porteur. prendre des repères visuels sur le partenaire. -Assurer tous les rôles (porteur, receveur, observateur). -Porter un avis sur la transmission. -Se préparer (posture d’attente). -Accepter les observations des pairs. -Règles de sécurité : respect des couloirs, des espaces de transmission. Cycle 3 -Vocabulaire spécifique : témoin de relais, transmission, relayeur (receveur), relayé (donneur), zone de transmission, entrée de zone, sortie de zone, disqualification, main gauche, main droite. -Observable : transmission (choix des mains, moment de la mise en action du relayeur et sa position de départ). -Elève porteur (le relayé) : s’accorder sur le choix des mains (relayeur-relayé). arder sa vitesse au moment de la transmission. onner l’ordre du début de la transmission. -Elève receveur (le relayeur) : avoir une posture permettant un départ rapide. vérifier la main utilisée par le donneur. estimer la vitesse du relayé pour déclencher son départ. réagir au signal donné par le relayé pour enclencher la transmission. -Porter un avis sur la transmission. -Etre attentif à ses équipiers (guetter les repères visuels et sonores). -Se fier à son partenaire. -Règles de sécurité : respect des couloirs et des espaces de transmission.
Courir longtemps/Courses en durée Connaissances Capacités Attitudes Cycle 2 Cycle 3 – Vocabulaire spécifique : foulée, allure, rythme (amplitude, fréquence). – Repères spatiaux et temporels : balises, signaux sonores. – Repères liés à la ventilation : essoufflement, aisance respiratoire, hyperventilation. – Sa VMA identifiée par le test des 6mn. – Les allures à respecter en fonction du projet du coureur lié à son potentiel. – Sa meilleure performance. – Le fonctionnement des outils utilisés : balises, fiche d’observation. – Le projet de course de son partenaire (binôme). – Adopter une foulée économique et adapter son rythme (amplitude, fréquence) à son projet. – Adopter des allures en fonction de la durée de la course et de sa VMA. – Adopter un mode respiratoire en fonction de son allure. – Prendre son pouls après un effort. – Construire, réguler et respecter un contrat de course à partir de l’analyse de ses résultats. – Prendre des repères sur le balisage du parcours et les signaux sonores. -Accepter de fournir des efforts qui peuvent être intenses. Persévérer. – Être attentif aux repères extérieurs pour réguler son allure. – accepter d’assurer différents rôles (coureur, observateur).

Sauter loin/Saut en longueur Connaissances Capacités Attitudes Cycle 2 -Vocabulaire spécifique : impulsion, jambe gauche, jambe droite, réception, cloche-pied, pieds joints, enchaînement, franchissement. -Connaître les différentes zones. -Orienter son impulsion vers l’avant, sur les côtés, l’arrière. -Orienter son impulsion vers le haut. -Enchaîner des impulsions variées : deux pieds, cloche-pied, foulées bondissantes. -Coordonner les actions des bras avec celles des jambes. -Etre gainé à l’impulsion (se grandir). Cycle 3 -Vocabulaire spécifique : élan, zone d’impulsion, réception, rythme régulier, être équilibré, zone d’élan, appel, jambe d’appel, cloche-pied, foulée. -Elan : utiliser le déplacement pour sauter. contrôler son allure de course pour placer une impulsion. améliorer le rythme du déplacement pour sauter. prendre son appel dans une zone d’impulsion matérialisée. -Bondissements : enchaîner des impulsions variées. rebondir en gardant un rythme régulier. -Co-évaluer. -Avoir l’intention d’aller vers l’avant (engagement dans le saut). -Estimer la qualité de son saut (distance). -Règles de sécurité : respecter les zones d’élan de ses camarades.

Saut en hauteur Connaissances Capacités Attitudes Cycle 3 -Vocabulaire spécifique : impulsion, franchissement, appel un pied, jambe d’appel. -Connaître le règlement du saut en hauteur : appel un pied. -Connaître l’organisation matérielle d’un sautoir en hauteur pour une pratique efficace et sécurisée. -Pendant l’élan : améliorer sa course. courir de façon rythmée. acquérir une vitesse compatible avec une impulsion vers le haut. organiser sa course en fonction de la zone d’impulsion. -Pendant le saut : déclencher une impulsion vers le haut. s’aider des segments libres pour s’élever. être gainé, aligné à l’impulsion. se réceptionner sur les pieds. -Se fixer un contrat de réussite. -Prendre en compte les essais précédents pour progresser (réflexion sur ses expériences et ses sensations). -Règles de sécurité : respecter les zones d’élan de ses camarades.

Lancer loin/Lancer Connaissances Capacités Attitudes Cycle 2 -Vocabulaire spécifique : zone d’élan, zone de performance, engin, vortex, balle, anneau, cerceau, comète, cible, pieds au sol. -Règles de sécurité : codes de lancers collectifs, délimitation des zones, des circulations, des ordres de lancement, d’attente, de récupération. -Unités usuelles (longueur) ou empiriques (zones matérialisées). -Avoir une prise en main adaptée à l’engin. -Utiliser le geste inhérent à l’engin. -Lancer avec tout son corps. -Accompagner du regard la trajectoire de l’engin. -Lancer dans une zone définie. -Lancer avec pied en avant opposé au bras lanceur. -Construire une trajectoire vers l’avant et en hauteur. -Comparer ses performances. -Intégrer les contraintes liées à l’activité (engin, aire de lancer), sécurité (vigilance vis-à-vis du lanceur et réciproquement). -Rôles nécessaires au fonctionnement de l’activité (observateur averti, marqueur). Cycle 3 -Vocabulaire spécifique : zone d’élan, engin, médecine ball, vortex, javelot, balle, disque, comète, cible, pieds au sol, en rotation, par poussée, fouetté, à l’amble. -Coordonner élan et lancer (transmettre à l’engin la force et la vitesse acquises pendant l’élan). -Avoir un geste de lancer plus ample et plus accéléré pour tendre vers la trajectoire optimale (vers le haut et l’avant) suivant l’engin. -Prendre ses repères (engin, aire de lancer : zone d’élan et sa limite, zone de réception).

4.4 Niveaux d’acquisition
Proposition d’un référentiel de compétences attendues du cycle 2 au cycle 3 en référence aux repères pour organiser la progressivité des apprentissages (BO n°1 du 5/01/2012). Courses Du niveau 1 Au niveau 2 courir vite courses de vitesse – Réagir vite à un signal de départ, visuel ou sonore. – Maintenir une trajectoire rectiligne (bras et regard horizontal, dans l’axe de la course). – Courir vite sur une trentaine de mètres. – Franchir la ligne d’arrivée sans ralentir. Partir vite à un signal et maintenir sa vitesse pendant 7 secondes – Utiliser une position adaptée pour le départ. – Se propulser plus efficacement au départ. – Maintenir sa vitesse sur un temps donné (8 à 10 secondes) ou sur une distance de 30 à 40 mètres. – Courir vite sur 40 mètres. Prendre un départ rapide et maintenir sa vitesse pendant 10 secondes. courir vite courses de relais – Enchaîner une course avec une transmission, sans perdre le témoin. – Transmettre le témoin en mouvement. – Recevoir le témoin dos à son partenaire et en mouvement. – Se transmettre le témoin sans se gêner. – Se transmettre le témoin dans une zone définie. – Identifier la main porteuse du témoin pour améliorer la réception. S’élancer et recevoir un témoin sans ralentir, dans une zone définie, en enchaînant une course de vitesse sur une trentaine de mètres et assurer le passage du témoin à son équipier. courir en franchissant des obstacles courses de haies – Courir en franchissant 3 obstacles bas placés à des distances variables. – Franchir les obstacles sans s’arrêter. – Franchir les obstacles sans tomber ni les renverser. – Franchir les obstacles en étant équilibré. – Franchir des obstacles bas sans ralentir. – Adapter l’impulsion à l’obstacle. Courir et franchir trois obstacles bas successifs en ralentissant le moins possible. – Enchaîner course et franchissement en position équilibrée. – Adapter sa foulée à différents parcours comportant trois à quatre obstacles. – Franchir l’obstacle « en longueur », sans piétiner ni interrompre sa course. À partir de 3 parcours avec des haies distantes de 5, 6 ou 7 mètres : – adapter sa foulée pour maintenir sa vitesse de course ; – repérer et utiliser son pied d’appel ; – choisir le parcours permettant d’obtenir la meilleure performance. – Augmenter sa vitesse de course et la maintenir avant les franchissements. Prendre un départ rapide, courir et franchir trois haies basses en ralentissant le moins possible, finir vite. courir longtemps courses en durée – Développer le sens de l’effort, en accepter les conséquences (essoufflement, temps de récupération…). – Gérer sa course en utilisant des arrêts définis en fonction de ses capacités. – Courir à allure régulière, en aisance respiratoire, de plus en plus longtemps. – Gérer sa course : savoir régler son allure et l’adapter à un itinéraire donné ou à une durée. – Commencer à construire les conditions d’une récupération active (marche, allure réduite volontairement). Courir longtemps (de 6 à 12 minutes), de façon régulière, en aisance respiratoire. – Courir sur un temps donné en ajustant sa vitesse pour ne pas être essoufflé. – Réduire le nombre d’étapes marchées sur un circuit donné (en nombre de tours ou sur une durée de 8 à 12 minutes). – Se fixer un contrat de course établi à partir d’une évaluation diagnostique et le réaliser. – Courir à l’aide de repères visuels ou sonores, puis sans repère, dans un temps contractualisé. – Améliorer sa foulée (amplitude, action combinée bras/jambes) et contrôler sa respiration pour augmenter sa performance. – Ajuster sa foulée à ses partenaires (courir à plusieurs dans le cadre d’un contrat collectif, prendre des relais…). -Savoir comment récupérer activement après un temps de course pour enchaîner une autre course (deux fois 8 minutes par exemple). Courir de 8 à 15 minutes, selon ses possibilités, de façon régulière, en aisance respiratoire.

SAUTS Du niveau 1 Au niveau 2 sauter loin saut en longueur – Sauter pieds joints, en gardant les pieds joints au moment de l’impulsion et en arrivant sur ses deux pieds sans déséquilibre arrière. – Sauter à partir d’une impulsion sur un pied, en courant de façon rectiligne lors de la prise d’élan, en se réceptionnant sur deux pieds sans chute arrière. – Enchaîner course d’élan et impulsion sur un pied, sans temps d’arrêt. – Prendre son impulsion dans une zone d’appel matérialisée. – Arriver sur ses deux pieds sans déséquilibre arrière. – Évaluer sa performance. Courir sur quelques mètres et sauter le plus loin possible, avec une impulsion sur un pied dans la zone d’appel matérialisée. – Identifier son pied d’appel. – Construire une zone d’appel matérialisée. – Coordonner course et impulsion sans ralentir avant la zone d’appel, en conservant la vitesse. – Accepter le déséquilibre sans regarder ses pieds. – Enchaîner trois foulées bondissantes en atterrissant pieds joints (triple bond). – Enchaîner trois sauts en restant tonique (triple bond). – Bondir avec une action des bras dans le sens du saut. – Réaliser trois bonds de même amplitude. Sauter loin après une course d’élan de 6 à 8 foulées et une impulsion sur un pied dans une zone d’appel.
LANCER Du niveau 1 Au niveau 2 lancer loin lancer – Lancer à une main des objets légers et variés : – en adaptant son geste à l’engin ; – en enchaînant une prise d’élan et un lancer sans s’arrêter ; – avec pied en avant opposé au bras du lancer. – en construisant une trajectoire en direction et en hauteur ; – dans une zone définie ; – en identifiant sa zone de performance. – Lancer des objets lestés : – en variant les trajectoires (plus horizontale, plus vers le haut) pour identifier la plus performante ; – en variant le geste de lancer (en poussée, devant ou au-dessus de la tête). – Lancer d’objets lestés à deux mains : – construire une trajectoire parabolique en direction et en hauteur ; – augmenter le chemin de lancement. Enchaîner une prise d’élan et un lancer, à partir d’une zone d’élan et renouveler sa performance au moins 4 fois sur 5 essais. – Enchaîner course d’élan et lancer sans ralentir. – Lancer dans l’espace défini et rester face à la cible après le lancer. – Adapter son geste à l’engin (balle lestée, vortex, javelot, anneau…). – Diversifier les prises d’élan (course droite, pas chassés…). – Construire une trajectoire parabolique. – Augmenter le chemin de lancement (bras allongé, en arrière de l’axe tête/tronc-jambe). Effectuer plusieurs lancers, avec différents engins, pour réaliser une trajectoire optimale en liant dans un seul mouvement élan, lancer et accompagnement.
saut en hauteur – Prendre une impulsion simultanée des 2 pieds – Arriver équilibré sur ses deux pieds. – Sauter à partir d’une impulsion sur un pied en trouvant son pied d’appel. – Estimer sa distance d’élan. – Respecter la zone d’appel. – Utiliser les bras pour sauter haut – Travailler l’allègement des bras. – Augmenter la tonicité de l’impulsion. S’élever verticalement après une course d’élan adaptée pour franchir la barre ou l’élastique.

4.5 Situation de référence
4.5.1 Evaluation
Cette situation permet à la fois de donner du sens à l’activité dans la mesure où elle reprend les caractéristiques fondamentales de l’activité. Cette situation complexe permet d’établir un état des lieux des capacités motrices de chaque élève. Reprise pendant et en fin de module, elle permet de mesurer les progrès de chaque élève.
ATTENTION : ne pas confondre la situation d’évaluation (reprise de la situation de référence) et la rencontre « athlétisme ».
L’évaluation, réalisée tout au long du module, permet de mesurer les progrès des élèves alors que la rencontre finalise les apprentissages et ancre la pratique dans le contexte social (phase de réinvestissement).
CYCLE 2
Compétences visées Dispositif Consignes Critères de réussite Courir vite Partir vite à un signal et maintenir sa vitesse pendant 7 secondes. -Distance de course de 30 m -Course de 7 secondes -3 zones à atteindre : 20m, 25m, 30m -Par 2 : un coureur + un observateur -Coureur : Partir au signal Courir le plus vite possible Franchir la zone la plus éloignée -Observateur : Noter la zone franchie au moment du signal de fin de course -Avoir franchi la zone la plus éloignée en 7 secondes sans ralentir -Evaluation : Avant la 1ère zone : 1 pt 1 ère zone franchie-A : 2 pts 2ème zone franchie-B : 3 pts 3e zone franchie-C : 4 pts Après la 3e zone : 5 pts Courir en franchissant des obstacles Courir et franchir trois obstacles bas successifs en ralentissant le moins possible. -Distances de course de 18m, 24m, 30 m – Course de 7 secondes -Le 1er obstacle à 6 m de la ligne de départ -Intervalle entre chaque haie : .Distance de18m : 3.5m .Distance de 24m : 4m .Distance de 30m : 4.5m -Hauteur des obstacles : environ 30 cm -Par 2 : un coureur + un observateur -Coureur : franchir 3 obstacles en 7sec. – Observateur : Compter le nombre d’obstacles franchis dans le temps imparti et la zone choisie. -Avoir franchi les 3 obstacles en 7 secondes sur la distance choisie -Evaluation : 1 obstacle franchi : 1 pt 2 obstacles franchis : 2pts 3 obstacles franchis : 3 pts -Distance choisie 18m : A 24m : B 30m : C Courir longtemps Courir longtemps (de 6 à 12 minutes), de façon régulière, en aisance respiratoire. -Brevet d’endurance -1 terrain (foot) -Courir au moins autant de minutes que d’années d’âge (minima d’endurance) et si possible 2, 4, 6mn de plus. -Courir sans s’arrêter et sans marcher -Brevet élémentaire : autant de minutes que d’années d’âge -Brevet moyen : + 2mn -Brevet supérieur : +4mn -Brevet d’excellence : +6mn
Compétences visées Dispositif Consignes Critères de réussite Sauter loin Courir sur quelques mètres et sauter le plus loin possible, avec une impulsion sur un pied dans la zone d’appel matérialisée. – Enfants par groupes de 2 : 1 sauteur, 1 observateur – sable ou tapis pour la réception – course d’élan : maximum 10m – 1 zone d’appel de 50 cm – 3 zones à atteindre : A : 0.80cm à 1m B : 1m à 1m20 C : 1m20 à 1m40 – 6 essais – Sauter le plus loin possible – Appel un pied – Appel dans la zone réservée – réception sur 2 pieds sans déséquilibre arrière – Faire 6 essais -Noter la meilleure performance Lancer loin Enchaîner une prise d’élan et un lancer, à partir d’une zone d’élan et renouveler sa performance au moins 4 fois sur 5 essais. -Matérialiser 3 zones après la zone d’élan : 5, 10, 15 m -Les lanceurs sont bien espacés (5 m au moins). -Travail de groupe (6) : 2 observateurs/juges, 2 récupérateurs, 2 lanceurs. -10 objets (balles ou petits cerceaux) pour 2 lanceurs. -Lancer l’engin pour atteindre la zone la plus éloigné -L’observateur repéré l’endroit où tombe l’objet et note la performance -L’élève réalise 4 lancers. -Lancer dans la zone de réception -Noter la meilleure performance

CYCLE 3
Compétences visées Dispositif Consignes Critères de réussite Course de vitesse Prendre un départ rapide et maintenir sa vitesse pendant 10 secondes. -Course de 40 m chronométrée -Prise du temps à 10 m et à 40 m 1 chronométreur + 1 marqueur : A 10 m et à 40 m -Au signal, cours le plus vite possible dans ton couloir. -Conservation de la vitesse maximale jusqu’à la ligne d’arrivée Course de relais S’élancer et recevoir un témoin sans ralentir, dans une zone définie, en enchaînant une course de vitesse sur une trentaine de mètres et assurer le passage du témoin à son équipier. A partir de la connaissance de la performance maximale de chacun sur 30 m Courir un relais : 3 X 30m en ligne ou en anneau. Faire plusieurs essais Comparer les résultats du relais 3 x 30 m avec l’addition des performances des 3 coureurs sur 30m -Donne le témoin à ton receveur dans la zone de transmission sans perdre de temps -Connaître sa performance sur 30 m -Connaître sa performance en relais : la meilleure et la plus fréquente Course de haies Prendre un départ rapide, courir et franchir trois haies basses en ralentissant le moins possible, finir vite. -Course d’obstacles sur 40 m -Prise de performance à l’aide du chronomètre, et comparaison avec le temps réalisé sur 40 mètres plat (1ère haie à 10 m, puis tous les 5m) -courir le plus vite possible -Réduire l’écart entre 40 m plat et 40 m avec obstacles Course en durée Courir de 8 à 15 minutes, selon ses possibilités, de façon régulière, en aisance respiratoire. -Course contrat : 1. Se donner un objectif de distance pour un temps donné (8 à 15 mn) en fonction des performances réalisées lors des séances d’apprentissage. 2. Se donner un objectif-temps pour une distance donnée : 920 à 3000 m. -Choisir son contrat : soit une distance dans un temps donné soit un temps de course pour une distance donnée. -Pouvoir remplir son contrat de manière exacte, sans dépasser son objectif-temps ou en respectant son objectif de distance.
Compétences visées Dispositif Consignes Critères de réussite Saut en longueur Sauter loin après une course d’élan de 6 à 8 foulées et une impulsion sur un pied dans une zone d’appel. – Enfants par groupes de 3 – sable ou tapis pour la réception – 1 latte par groupe qui sert de planche d’appel – un décamètre pour 2 ateliers posé au sol pour la mesure du saut – Faire une course d’élan complète départ pied d’appel devant – Exécuter un saut en longueur – Appel devant la latte – Faire 8 essais – Améliorer sa performance Saut en hauteur S’élever verticalement après une course d’élan adaptée pour franchir la barre ou l’élastique. – Enfants par groupes de 3 – Faire une course d’élan complète – Faire 6 essais – Améliorer sa performance Lancer Effectuer plusieurs lancers, avec différents engins, pour réaliser une trajectoire optimale en liant dans un seul mouvement élan, lancer et accompagnement. -Les lignes ou plots sont espacés de 2 m. -Le premier plot est à 5 m de la ligne de lancer -Les lanceurs sont bien espacés (5 m au moins). -Travail par groupe 3 : observateur/juge, récupérateur, lanceur. -10 objets pour 2 lanceurs -lanceur : lancer l’objet le +loin. -observateur : repérer l’endroit où tombe l’objet et noter la performance -La performance

4.5.2 Problèmes fondamentaux
Fiche d’observation – course de vitesse
Problèmes rencontrés Comment faire pour courir vite ? – Création de la vitesse : départ accroupi avec une position incorrecte, peu de poussée sur les jambes, rôle des bras inexistant. – Equilibre de l’attitude de course : tête qui bouge nettement, corps penché en avant, course en zigzag, bras non dans l’axe (tendus, désordonnés, en bas), pas de rythme dans les foulées. – Maintien de la vitesse de course : vitesse non constante et non maintenue jusqu’au franchissement de la ligne. 1- Réagir de manière explosive en : poussant sur les jambes et en lançant son bras en avant et en haut. Se redresser progressivement sur les 5 premiers appuis. 2- Ajuster son attitude : fixer la tête, le regard à l’horizontal. Avoir le buste droit, le bassin est fixe par rapport au tronc. Coordonner l’action des bras et des jambes. Maintenir les bras dans l’axe et tirer les coudes en arrière. Améliorer le rythme : foulées longues et rapides. 3- Maintenir une vitesse constante après une accélération progressive. Maintenir sa vitesse jusqu’au franchissement de la ligne d’arrivée.
Fiche d’observation – course en durée
Problèmes rencontrés Comment faire pour courir longtemps ? – Allure irrégulière : accélère, ralentit, a besoin de s’arrêter, marcher, s’asseoir ou s’allonger à l’arrivée. – Court trop vite, trop lentement. – Difficulté à terminer la course. – Manque de motivation à courir longtemps et donc à progresser. 1- Fixer et maintenir une allure régulière : courir de plus en plus longtemps à une vitesse constante. 2- Doser son effort : situer son allure optimale (cf. VMA). 3- Améliorer ses performances : – améliorer la durée jusqu’à 15mn ; améliorer la distance sur 15mn ; – améliorer son allure optimale sur des fractions du temps de base. Ex. : pour un temps de base de 9mn, courir 3 fois 3mn avec récupération active de 2 à 3mn entre chaque fraction, et pour chaque course parcourir une distance légèrement supérieure au 1/3 de la distance de base. 4- Varier les situations, les dispositifs, les parcours, etc.
Fiche d’observation – saut en longueur
Problèmes rencontrés Comment faire pour sauter loin ? – Course d’élan : la course n’est pas rectiligne, pas de prise de marques. – Prise d’appel/impulsion : le pied d’appel change d’un saut à l’autre, le pied d’appel est hors de la zone. -Elévation/suspension : saut rasant, corps debout et passif (bras non utilisés), pas de ramené de jambes. – Réception : chute arrière sur les fesses, les mains. – Elèves conditionnés soit par la course d’élan soit par l’impulsion soit par le saut soit par la réception. 1- Avoir une course d’élan rectiligne et accélérée. Prendre ses marques. 2- Connaître son pied d’appel. Prendre son impulsion dans la zone. Ajuster ses marques en fonction du saut précédent. 3- Effectuer un saut ample : utiliser ses bras. Avoir un temps d’extension long. Amener ses talons loin devant. 4- Avoir ses pieds devant à la réception. Atterrir sur les deux pieds.
Fiche d’observation – lancer
Problèmes rencontrés Comment faire pour lancer loin ? – Course d’élan : il n’y a pas de réelle course d’élan ou elle est non accélérée et peu adaptée à l’engin. – Préhension : non adaptée à l’engin. – Lancer : la technique (le mouvement) n’est pas adaptée à l’engin. Le pied avant et le bras lanceur sont du même côté. Le corps est déséquilibré pendant ou après le lancer. La trajectoire donnée à l’engin n’est pas efficiente : hauteur, direction. 1- Lancer dans un premier temps sans prise d’élan puis avec une prise d’élan de 2 à 3 pas maximum. – Lancer d’adresse en augmentant les distances jusqu’à lancer loin et précis, puis loin dans un espace orienté. 2- Avoir une course d’élan accélérée et adaptée à l’engin : rectiligne (balles, vortex), avec demi-rotation (poids), présentoir, pas de valse, pas japonais (anneaux, disques). – Le dernier appui est sur la ligne de l’aire de lancer. – Les marques sont ajustées en fonction du lancer précédent. 3- La technique (le mouvement) est adaptée à l’engin : en rotation (anneaux, disques), en translation (balles lestées, balles de tennis, vortex), en poussée (objets lourds : ballons de basket, médecine-ball). – Le regard est fixé sur un point éloigné et haut placé. – Le bassin est en avance sur les épaules. – L’extension est complète, le lancer est explosif. – La trajectoire est optimale : lancer de l’engin vers le haut (45°). – Lier dans un seul mouvement l’élan, le lancer et l’accompagnement.

4.6 Situations d’apprentissage
4.6.1 Des formes de travail à intégrer dans les modules d’apprentissage
– Les parcours généraux (mêlant courir/sauter/lancer) renvoient aux fondamentaux et permettent d’analyser les besoins des élèves et de donner du sens à ce qui va suivre.
– Les parcours spécifiques à une famille (par exemple : lancer).
– Les parcours spécifiques à une activité (par exemple : lancer en bras cassé).
– Les ateliers de réalisation de tâches (sous forme jouée ou de challenge permettant d’acquérir une compétence nécessaire à la réalisation d’une performance maximale).
Des allers et retours fréquents entre les formes de travail sont à mettre en place pour favoriser le feed-back chez l’élève.
4.6.2 Un support privilégié : le parcours
On peut mettre en place des parcours à thème, par exemple un parcours sur le saut comprenant plusieurs ateliers ; ou des parcours incluant plusieurs thèmes (exemple : un parcours associant courir, sauter, lancer).
A l’école maternelle il est souhaitable de privilégier les parcours incluant plusieurs thèmes afin de favoriser l’enchaînement des actions motrices.
4.6.3 Etre vigilant sur
– le type de situations proposées et les niveaux de difficulté selon les capacités des élèves.
– le temps, la distance de course et le nombre d’essais.
– le poids, le volume et la forme de l’objet lancé.
– les zones de sécurité (matérialisation des espaces de pratique).
– les espaces d’évolution garantissant au maximum la sécurité afin d’éviter les traumatismes.
5. UNITE D’APPRENTISSAGE
Nous pouvons repérer deux niveaux d’exigence :
1. le niveau 1 pour une activité enseignée durant au moins douze heures de pratique effective que l’on peut attendre en fin de cycle 2
2. le niveau 2 pour une activité enseignée durant au moins vingt-quatre heures de pratique effective que l’on peut attendre en fin de cycle 3.

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire